Et vous, comment se porte votre enfant… intérieur ?

Ou comment le contacter, le nourrir et prendre soin de lui !!

Enfant intérieur (les parents positifs)

Crédit photo : Flickr FREDBOUAINE

La situation

L’autre jour, nous allions au cinéma et nos enfants se sont crêpés le chignon en s’installant, tout seuls, dans la voiture. Nous sommes arrivés sur les lieux du crime peu après avoir entendu le plus petit se mettre à pleurer.

La colère est montée en nous et le plus grand a eu droit à nos envolées lyriques sur le fait qu’il est grand, qu’il ne faut pas faire pleurer son petit frère ou abuser de sa force…

Nous ne savions même pas ce qu’il s’était passé…

Le résultat

Pas brillant en analysant cela avec le recul. Les messages que nous avons fait passer à notre “grand” sont qu’il n’a pas le droit de s’exprimer, d’expliquer ce qui s’est passé, qu’il est responsable du “bonheur” de son frère, qu’il doit filer droit sans créer de situations conflictuelles et qu’il n’a pas droit à la parole lorsque les adultes parlent (ou crient).

L’analyse : dans quel état est l’enfant à l’intérieur de moi ?

 Enfant avec de l'anxiété

En prenant du recul par rapport à cette situation, quelques heures plus tard, je me suis aperçu que cette situation faisait écho à quelque chose en moi.

En effet, avant de suivre l’enseignement de Lise Bourbeau, il y a une dizaine d’années, je jouais une sorte de rôle du fils parfait par rapport à ma mère. Je ne disais rien qui aurait pu lui déplaire ou la contredire et évitais soigneusement de déclencher un conflit quelconque avec elle ou avec la fratrie qui se serait terminé en disputes interminables.

Bref, loin d’être spontané et “naturel” dans mon comportement : mon enfant intérieur était étouffé, en apnée, et ne se manifestait quasiment plus.

L’enfant intérieur : c’est quoi exactement ?

enfant estime de soi

Crédit photo : Flickr WILPrZ

Selon Jung, notre enfant intérieur est la source de notre vitalité et de notre créativité. Il correspond à la part enfantine ou infantile de chaque adulte.

Développer une relation avec notre enfant intérieur peut nous aider à guérir des problèmes émotionnels qui résultent de ne pas honorer cette partie de nous-même tels que :

  • ne pas s’aimer et se respecter pour ce que l’on est
  • développer plusieurs aspects d’une personnalité qui vise à plaire aux autres mais qui refoule complètement notre propre individualité (ce qui nous rend unique)
  • ne pas écouter ses besoins
  • ne pas savoir dire non
Alors, comment se reconnecter avec son enfant intérieur ?
Il n’est jamais trop tard pour cela et vous pouvez contacter l’enfant en vous à n’importe quel moment.

1- A la rencontre de notre enfant intérieur

Reconnectez-vous avec l’enfance

Enfant qui joue au foot

Crédit photo : Philippe Rouzet

Une façon de raviver la relation avec l’enfant à l’intérieur de vous est de «voyager à rebours dans le temps » jusqu’à l’enfance.

L’un des meilleurs moyens pour cela est de faire une liste des choses qui vous ont apporté de la joie quand vous étiez jeune et qui vous rappelle combien la période de l’enfance était merveilleuse. Par exemple :

  • faire une cabane cachée dans la forêt.
  • jouer à faire semblant d’être un pirate, un commandant dans l’armée ou encore un stormtrooper
  • pratiquer (avec nos enfants) les sports qu’on aimait à cette époque (football, basket-ball, arts martiaux…)
  • relire les livres que vous lisiez petit

Faites le point : dans quel état est votre enfant intérieur ?

enfant qui se protège

Crédit photo : Flickr Pomodoro

Si la connexion avec votre enfant intérieur a diminué au fil des années, pourquoi ne pas essayer d’identifier à quel stade de développement celui-ci en est maintenant.

Cela peut vous permettre de l’apprivoiser de nouveau et de le ramener dans votre vie.

Voici quelques exemples :

  • L’enfant abandonné. Cet enfant intérieur vient souvent à la suite de parents qui divorcent ou qui sont trop occupés pour vous accorder leur attention. Il porte en lui la crainte d’être abandonné et un sentiment de solitude ou d’insécurité (c’était l’état de mon enfant quand j’ai repris contact avec lui).
  • L’enfant espiègle. Cet enfant est là est un aspect de sa personnalité souvent négligé à l’âge adulte. Cet enfant veut avoir du plaisir et vivre à l’abri de la culpabilité ou de l’anxiété.
  • L’enfant peureux. Cet enfant a probablement reçu beaucoup de critiques et éprouve de l’anxiété quand il ne s’affirme pas assez.

Pourquoi ne pas lui écrire une lettre ou (soyons fou) un mail ?

 Lettre à mon enfant intérieur (les parents positifs)

Crédit photo : Flickr bulbocode909

Cela peut être une lettre d’excuse si vous vous sentez comme ayant négligé votre enfant intérieur et souhaitez rétablir le contact. Cela peut également se faire sous la forme d’une simple lettre exprimant votre désir de renforcer votre amitié.

Adaptez votre lettre au type d’enfant intérieur que vous avez. S’il a peur, essayer de le rassurer et d’adoucir ses craintes. S’il est inquiet d’être abandonné, laissez-lui savoir que vous allez faire de votre mieux pour être toujours là pour lui. S’il est rieur et joueur, dites-lui que vous voulez honorer son esprit enjoué.

Délimitez un espace accueillant et sécurisant en vous

Accompagner son enfant pour surmonter son ANXIETE

Crédit photo : Flickr Disney

Votre enfant intérieur est une personne vulnérable. Il peut avoir besoin d’un espace de sécurité avant qu’il ne se montre. Beaucoup de gens se cachent ou nient l’existence de l’enfant intérieur parce qu’ils pensent qu’il nous fait paraître faible.

Afin de laisser votre enfant intérieur briller à travers vous, être doux et s’affirmer : il doit être apprivoisé et vous devez l’approcher doucement, comme un petit animal dont vous voudriez gagner la confiance (lire à ce sujet le Petit Prince de Saint Exupéry).

Asseyez-vous tranquillement, rentrez en vous et dites à votre enfant intérieur que vous voulez en savoir plus sur lui, que vous êtes disponible pour parler, et que vous voulez qu’il se sente en sécurité. Cela peut paraître idiot, mais ce que vous faites est l’accès à une autre partie de vous-même qu’on appelle l’esprit inconscient.

Écoutez vos sentiments

Enfant écoute musicien

Crédit : Flickr spacejulien

Un bon moyen d’entrer en contact avec votre enfant intérieur est de prêter attention aux sentiments qui surgissent dans votre vie quotidienne.

La plupart du temps, ceux-ci sont le résultat des expériences tantôt merveilleuses, tantôt douloureuses de l’enfance, quand vous étiez jeune et impressionnable. Les craintes et le sentiment d’insécurité de votre enfant intérieur ainsi que ses joies et son émerveillement des choses, se retrouvent souvent dans les schémas émotionnels de notre vie d’adulte.

Tout au long de la journée, rentrez en vous. Analysez ce que vous ressentez et essayez de mettre des mots sur ces sentiments.

Soyez conscient de la critique permanente qui fait rage à l’intérieur de vous

La critique intérieure (les parents positifs)

Crédit photo : Flickr Les inrocks

L’un des plus grands obstacles qui nous empêche de donner à notre enfant intérieur l’attention et les soins dont il a besoin est notre propre critique souvent présente à l’intérieur de nous-même.

Cette voix (qu’on écoute trop souvent) peut nous dire qu’on est bien trop vieux pour revivre des insécurités enfantines et puériles ou encore que l’on est vraiment stupide de vouloir renouer avec “l’âge bête” de l’enfance.

Cette critique intérieure commence à se développer dès l’enfance ; elle résulte du fait que l’enfant intérieur est étouffé.

Respectez cette critique comme étant le résultat d’avoir laissé tomber ou maltraité l’enfant en vous mais évitez de polémiquer et de discuter sans fin avec cette partie de vous-même.

Accueillez cette critique intérieure comme une personne en lui disant : “Je comprends où vous voulez en venir. Je comprends que vous êtes blessé. Je suis là pour vous. » Cela lui donnera moins de prise sur vous.

Agissez en renouant la relation avec votre enfant intérieur

Prenez votre enfant intérieur au sérieux

Enfant écoute parent

Crédit : Flickr Alain Bachellier

Vous pourriez être tenté de repousser votre enfant intérieur profondément en vous parce que “ses problèmes” semblent sans rapport avec votre vie actuelle d’adulte.

Rien n’est moins vrai étant donné que beaucoup de nos sentiments les plus profonds sont issus de l’état de notre l’enfant intérieur.

Niez cela en négligeant ou ignorant cette partie de nous c’est repousser la résolution de certains de nos problèmes les plus difficiles à affronter.

Notre enfant intérieur a la clé de la plupart d’entre-eux.

Écoutez-le et dialoguez comme vous le feriez avec un véritable enfant en face de vous. Il est aussi réel et ses sentiments importe tout autant.

Accepter ses sentiments

Accepter les sentiments de l'enfant intérieur (les parents positifs)  Crédit : Flickr Mammita

Vous pourriez éprouver de la frustration si des sentiments de colère ou d’insécurité ressurgissaient à l’intérieur de vous.

Ces sentiments sont de l’énergie et il est important que vous accusiez réception de celle-ci et la ressentiez à l’intérieur. Cela est le signe que l’enfant intérieur est en train de vous parler.

Cet enfant peut piquer une crise ou être vraiment triste. Vous pouvez recevoir ces émotions sans leur « céder » et en être affecté comme on le fait lors d’une méditation en accueillant ses pensées sans s’y attacher. Reconnaissez-les puis laissez les passer sans en être affecté.

Le reparentage ou comment reconnecter l’adulte à l’enfant pour guérir ?

Encourageons les idées de nos enfants autonomes

Le reparentage est basé sur l’idée que comme adulte, vous possédez maintenant les connaissances et les ressources pour donner à votre enfant intérieur ce dont il a besoin.

Si vous sentez que votre enfant intérieur nécessite une certaine guérison avant qu’il ne puisse apparaître dans votre vie à son meilleur, cela peut être une bonne approche pour essayer. Vous savez mieux que quiconque ce dont il a besoin, sur la base des expériences douloureuses de votre passé, et comment l’aider ?

Par exemple, si vos parents n’ont jamais donné de fêtes d’anniversaire, faites en une pour vous. Invitez vos amis et dites leur que vous faites cela pour vous reconnecter à cette partie de votre enfance.
Pourquoi ne pas vous taper sur l’épaule lorsque vous avez fait quelque chose dont vous pouvez être fier en disant : «Je suis fier de moi-même et mes réalisations.»

Protégez votre enfant intérieur

Protéger son enfant intérieur (les parents positifs)

Crédit : Flickr Alain alcidesota

N’ayez pas peur d’être freiné par les craintes inhérentes à l’enfance qui resurgissent mais soyez plutôt sensible aux besoins de votre enfant intérieur en étant aimable avec cette partie de vous qui est encore jeune et incertaine quant aux difficultés de la vie.

Si vous avez des insécurités particulières que vous n’avez pas complètement surmontées, respectez vos limites et le fait que vous en êtes là pour l’instant.

Sachez également rester en dehors des situations toxiques. Si, autour de vous, des personnes spécifiques renforcent les angoisses de l’enfance : n’hésitez pas à limiter le contact avec ces personnes.

Par exemple, si vous avez un frère qui prend l’ascendant sur vous et vous fait vous sentir mal dans votre peau, évitez de passer plus de temps avec lui que nécessaire.

Organisez votre espace de vie

Espace de vie (les parents positifs)

Crédit : Flickr Lea Marzloff

Faites de votre maison un espace plus ouvert à l’aspect ludique de l’enfance.

Changer votre environnement va changer la façon dont vous vous sentez, afin d’injecter une certaine spontanéité enfantine et de la créativité dans votre vie. La recherche montre que les choses aussi simples que des teintes différentes peuvent affecter l’humeur.

N’hésitez pas à placer des objets familiers comme des trophées ou des animaux en peluche sur votre porte-manteau. Cherchez de vieilles photos de vous et de votre famille pour les mettre partout dans la maison.

Essayez également de “rafraîchir” vos murs en les peignant avec des couleurs joyeuses et en accrochant des objets faits de vos mains.

Développez votre sens de l’humour

En jouant à cache-cache

 Cache cache (les parents positifs)

Crédit photo : Flickr Vincent Noel

Jouer avec vos enfants, amis à cache-cache. Il y a toute une psychologie derrière le jeu de cache-cache (à travers le fait de se cacher et de chercher) qui symbolise l’affirmation de soi dans la vie, l’ exploration et le fait d’être aimé et recherché.

En faisant du trampoline

Trampoline (les parents positifs)

Crédit photo : Flickr Chris Mullany

L’expérience vous rappellera combien vous avez apprécié rebondir, étant enfant.

Vous pouvez même louer une maison gonflable pour une journée et inviter tous vos amis. L’activité physique vous aidera à brûler le stress et produire de l’ocytocine (l’hormone de l’amour et du bien-être).

En dessinant, en coloriant ou en peignant

 

Ces activités vous aideront à puiser dans votre créativité enfance, où les objets que vous dessinez ne sont pas seulement des choses sur une page plutôt des portes sur des mondes émotionnels entiers.

La recherche indique que le dessin aide les enfants à exprimer les émotions dont ils ne sont pas forcément conscients de la même manière que les adultes peuvent être. Le dessin et autres arts visuels peuvent aider votre enfant intérieur à s’exprimer.

En improvisant une séance de danse

Enfant intérieur qui danse (les parents positifs)

Crédit photo : Flickr Charles Ferrand

La danse peut vous aider à brûler le stress comme activité physique, et elle aussi un moyen d’expression créative pour tous les différents groupes d’âge.

Tout le monde aime danser, les grands comme les petits. Utilisez la danse pour vous connecter avec votre enfant intérieur d’une manière qui réponde également à vos désirs et centres d’intérêt d’adulte.

Assurez-vous d’inclure des chansons de votre enfance dans la playlist!

En vous essayant à l’écriture automatique ou au dessin libre

Dessin libre (les parents positifs)

Crédit photo : Flickr Oudeis

Cela implique de laisser votre esprit conscient au repos tandis que d’autres parties (inconscientes) de vous s’expriment sur le papier.

Cela peut s’avérer être une puissante source de créativité et de plaisir, surtout si vous définissez l’intention de laisser votre enfant intérieur s’exprimer comme il l’entend.

Utilisez des crayons, des crayons de couleur ou du papier de couleur pour rendre les choses plus amusantes.

Je suis maintenant plus à l’écoute de mon enfant intérieur et cela aide beaucoup ma relation avec nos enfants. D’ailleurs, aujourd’hui, je vois plus nos enfants comme une source d’inspiration pour nous, adultes, plutôt que comme des ‘’”usines à problèmes”. Clignement d'œil

Et vous, quels sont les moyens que vous utilisez pour prendre soin de votre enfant intérieur ?
Recherches utilisées pour trouver cet article :formation parentalité et enfant interieure, adulte enfant intérieur insécurité, apprivoiser accepter ses voix positivite, expliquer aux enfants dêtre toujours positifs dans nimporte quelle situation, maltraitance et enfant interieur, pourquoi les gens oublient l enfant interieur

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *