Changer malgré le confort de l’inconfort (et les bénéfices secondaires) de sa situation

Changer malgré confort inconfort 2 (les parents positifs)

90 % du temps les personnes qui veulent changer par elle-même dans les secteurs importants de la vie (intimité, relations interpersonnelles, travail, loisirs) n’y arrivent pas sur le long terme…

L’une des raisons principales est que l’on retire souvent des bénéfices secondaires d’une situation inconfortable. En étant timoré et en n’osant pas aller jusqu’au bout du changement : finalement rien ne se passe et on est rassuré par le fait de rester dans une situation que l’on connait par cœur même si celle-ci ne nous apporte pas de bénéfice.

En outre, notre cerveau est équipé pour nous maintenir dans des situations connues plutôt que d’aller vers l’inconnu : c’est le rôle de notre cervelet qui gère nos habitudes (la mémoire de notre corps en quelque sorte et la biochimie générée par celle-ci).

Dans mon cabinet, ces derniers temps, j’ai pu rencontrer plusieurs clients qui se positionnaient dans le rôle de victimes, décrivant avec force détails leur situation difficile, combien celle-ci était injuste ainsi que leurs souffrances

Pourtant, au moment d’évaluer avec ces personnes les différentes solutions envisageables pour s’en sortir : c’est comme si, finalement, les bénéfices retirés de la situation devenaient supérieurs aux dommages provoqués par celle-ci…

Voici ce que j’ai entendu encore récemment (de retour de vacances, cela fait bizarre) dans mon cabinet de consultation :

  • « Je n’ai plus rien en commun avec mon mari mais le quitter serait trop douloureux pour lui, sans compter mon confort matériel qui en prendrait un coup… »,
  • « Je suis au bord du burn out mais sans moi mon équipe n’y arriverait pas, je suis indispensable… »,
  • « Je n’arrive pas à garder mon calme quand mes enfants se chamaillent ou quand quelque chose me dérange, c’est plus fort que moi. On dirait que mes enfants ont peur de moi mais au moins ils obéissent quand j’élève la voix… ».

C’est ici que mon travail de coach en neurosciences motivationnelles du changement prend toute sa signification. Pour mon client, la première phase du changement va être de commencer à agir en comprenant :

  1. quelles sont les conséquences (violence, perte d’estime de soi, divorce…) à moyen terme s’il ne change pas (et veut-il en assumer les conséquences) ?
  2. quels sont les bénéfices secondaires qu’il tire de la situation et qui alimentent sa résistance au changement ?
  3. qui doit-il être et ce qu’il doit faire désormais pour que la situation désagréable ne se reproduise pas ?

Si vous avez besoin d’aide par rapport à une situation donnée, contactez-moi pour un entretien préalable gratuit (30 minutes), cliquez ICI !

En attendant, vous pouvez également bénéficier de notre livre Parents coachs en promo + speed coaching + audio d’hypnose Ho’oponopono en cliquant ICI !

Voici d’ailleurs l’un des derniers commentaires d’une cliente d’un speed coaching + séance d’hypnose.

image

Pour aller un peu plus loin, voici une vidéo tournée pendant les vacances : comment arriver à changer malgré le confort de l’inconfort ?

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *