Vous êtes pressé(e) le matin : et si vous ralentissiez pour arriver à tout faire et mettre plus de bonheur dans votre vie de famille ?

Vous etes presse le matin_et si vous ralentissiez (les parents positifs)

Cet article a été publié dans le cadre d’un carnaval d’articles du blog 365-jeux-en-famille.com sur la question : « Lenteur rime-t-elle avec bonheur ? »

Attention, toute ressemblance avec des personnes ou des événements existants ou ayant existé ne serait que pure coïncidence. Clignement d'œil

Fermez les yeux et commencez à visualiser cette scène.

C’est le matin et vous vous apprêtez à emmener les enfants à l’école puis à vous rendre au boulot.

Vous mettez vos chaussures, une veste et votre sac à main… Vous regardez en direction des enfants qui jouent aux LEGO dans le salon avec insistance.

Vous hurlez : « IL EST TEMPS D’Y ALLER, DEPECHEZ-VOUS !« 

Vos enfants regardent dans votre direction avec résignation et amorcent un début de mouvement signifiant qu’ils vous ont entendue.

ALLEZ”, insistez-vous. « Chaussures. Blousons. Cartables ! « 

Votre anxiété commence à se manifester alors que vous regardez l’horloge qui trône en plein milieu du mur du salon. Vous ne pouvez pas vous permettre d’être en retard aujourd’hui.

« ALLEZ LES ENFANTS, ON Y VA !« 

Un enfant ne trouve plus sa chaussure. L’autre lutte avec une des manches de son manteau. Où est le troisième ? Ouh là là, aux toilettes dans la salle de bain ?

« Nous allons vraiment être en retard ! Vite, Allons-y !« 

Vous faites alors des pieds et des mains pour attraper tout ce qui est nécessaire au départ à l’école et vous scannez, une dernière fois, l’entrée et la salle de séjour pour s’assurer que rien n’est oublié quand, tout à coup, l’un des enfants crie, « JE NE VEUX PAS ALLER A L’ÉCOLE, LA MAÎTRESSE EST MÉCHANTE ! »

Vous fermez les yeux en soupirant. Non, pas encore ça. Et surtout : non, pas aujourd’hui.

ALORS COMMENT GÉRER QUAND VOUS ÊTES PRESSÉ(E) ?

Il ne fait aucun doute que les “temps de crise” tels que ceux évoqués dans la première partie de cet article rendent la discipline plus difficile. Nous nous sentons pressés, anxieux, impatients, frustrés et adoptons un comportement en conséquence.

Ce n’est donc vraiment pas étonnant que nos enfants résistent et se braquent dans ces moments.

Alors, est-il possible de rester positif et respectueux quand l’heure tourne ? Est-il possible de faire bouger les enfants sans crier ?

La réponse est : OUI.

Mais d’abord, soyons clairs sur une chose :

Il est plus que probable que votre enfant n’ait pas le même sentiment d’urgence que vous par rapport au départ pour l’école le matin. Il peut y avoir plusieurs raisons à cela : leur lit est douillet et confortable, ils galèrent à l’école, ils ont du mal à faire la transition, vous leur manquez pendant la journée, etc.

Aucun de vos comportements (de rappel ou de harcèlement) au moment d’ouvrir la porte et de partir ne changera ces raisons.

Donc, plutôt que de vous efforcer à convaincre votre enfant de voir les choses de votre point de vue, il est plus efficace de chercher des moyens que chacun fasse un pas en direction de l’autre et fasse bouger les lignes.

CONSEILS POUR LA ROUTINE MATINALE

Planifiez à l’avance

Bien sûr que vous le savez déjà, mais vraiment … que pouvez-vous faire pour que le matin se passe plus en douceur et sans stress ? Pouvez-vous préparer des déjeuners la veille ? Pouvez-vous régler votre alarme quelques minutes plus tôt ? Pouvez-vous prendre 5 minutes chaque soir pour s’assurer que les cartables sont prêts, juste à côté de la porte d’entrée ? Parfois, c’est plus facile à dire qu’à faire, mais prenez quelques instants pour réfléchir aux différentes choses qui vous font sentir pressé(e) le matin, et vérifiez s’il y a des ajustements ou des changements que vous pourriez essayer.

Regardez vos propres déclencheurs de stress

Souvent, quand nous nous précipitons ou commençons à crier, c’est parce que nous sommes inquiets ou stressés. Alors, observez simplement vos propres sentiments et pensées et interrogez-vous sur ce qui vous fait vous sentir si pressé ? Eprouvez-vous des difficultés le matin du fait qu’il y a trop de bruit, trop d’activité, etc ? Vous sentez-vous énervé parce que votre enfant va à l’école en ayant l’air d’avoir lutté avec une brosse à cheveux ? Tout va bien. Respirez profondément. Savoir et réaliser que ces choses sont des déclencheurs vous aidera à relativiser et à élaborer un plan pour les gérer différemment à l’avenir.

Ralentissez

Comme beaucoup, vous pourriez penser que vous n’avez pas le temps de ralentir ! Eh bien, considérez combien de temps vous passez à “pousser/tirer” vos enfants le matin ou à vous disputer avec eux. Vous avez le temps. Lorsque vous sentez que votre anxiété commence à augmenter, ou que vous vous rendez compte que vous avez répété la même phrase 15 fois de suite : STOP, ARRÊTEZ TOUT ! Prenez quelques respirations profondes. Rappelez-vous de ralentir au lieu de monter dans les tours. Éloignez-vous, si nécessaire, et revenez quand vous vous sentirez moins speed.

Soyez un chef d’orchestre connecté

Menacer et crier ne sont pas efficaces. Au lieu de cela, chercher des façons de communiquer et de vous connecter avec votre enfant avant d’essayer de l’amener à faire la prochaine activité dans l’agenda (Rappelez-vous que « ralentir » = permettre que la magie se produise). Se mettre à leur niveau, obtenir leur attention, offrir une étreinte, écouter au lieu de parler. Cela n’a pas à être long : il peut s’agir d’une simple interaction de quelques minutes (ou secondes) à la fois.

Connaissez les grandes émotions avec l’empathie

Il est tentant d’utiliser la logique et la raison quand vous voulez que votre enfant se déplace plus rapidement. Malheureusement, ces réactions jettent souvent de l’huile sur un feu qui couve, plutôt que de “ramollir” le conflit. Etre et répondre avec empathie signifie que vous êtes prêt à regarder au-delà de vos propres pensées, de vos sentiments et de vos idées, et à entrer dans l’expérience de votre enfant. Essayez vraiment la magie de voir les choses de leur point de vue. Même si celui-ci est différent du vôtre.

VOICI MAINTENANT QUELQUES IDÉES POUR VOUS CONNECTER A VOS ENFANTS LE MATIN (AVANT DE PARTIR A L’ECOLE)

  • Plutôt que d’entrer comme une furie dans la chambre et de crier « DEBOUT ! » Prenez quelques minutes pour faire un câlin.
  • « Voulez-vous vous débarbouiller ou prendre votre petit déjeuner en premier ? »
  • “On dirait que vous avez du mal à choisir quelque chose à porter. Comment puis-je vous aider ? »
  • “Ces chaussettes te posent problème aujourd’hui. Voyons voir si nous pouvons trouver une autre paire.”
  • « Tu n’arrives pas à te coiffer ? Veux-tu que je m’en occupe pendant que tu te brosses les dents ?”
  • « Je sais que tu détestes être pressé. Prenons une profonde respiration et voyons ce qu’il te reste à faire avant d’aller à l’école ? »
  • « Tu as peur pour ton évaluation de mathématique, hein ? Veux-tu que je te questionne pendant que tu t’habilles ?”
  • « Vous voulez continuer à jouer, et il est temps d’y aller. Voulez-vous apporter quelque chose avec vous dans la voiture ?”
  • « Pas de veste aujourd’hui ? D’ACCORD. Je vais juste la mettre sur le siège arrière, au cas où vous changeriez d’avis.”
  • « Combien de baisers avez-vous besoin quand je vous déposer aujourd’hui? 20 ?! Hou la la! Je ne peux pas attendre. « 
  • “Je sais que tu viens de rater ton bus. Cela arrive. Je suis pressé mais je vais t’emmener.”

Même si c’est difficile de ralentir au début : persistez et vous en verrez rapidement les bienfaits !

Au début, vous trouverez peut-être difficile de mettre en place ces routines ?

Prenez une grande inspiration.

Rappelez-vous de ralentir le rythme.

Ce sera inconfortable les premiers temps surtout si vous êtes habitué(e) à vous presser, pousser les enfants et paniquer quand vous regardez l’horloge.

Et c’est OK !!!

Croyez-moi : il faut un peu de temps pour mettre tout ceci en place mais cela en vaut la peine. Clignement d'œil

Alors posez votre sac à main, prenez une grande inspiration. TOUT COMME NOUS IL Y A QUELQUES ANNEES, VOUS Y ARRIVEREZ !

Partagez avec d’autres parents imparfaits (comme nous) mais positifs…

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Bonjour, merci pour cet article! En effet, le matin, nous n’avons pas les mêmes priorités en général :-). Chez moi, ce qui est difficile, c’est de sortir du lit, pour ma fille comme pour moi d’ailleurs (je précise que ma fille est couchée tôt avec chansons, bisous etc etc et que je la réveille « en douceur »)!!! Et quand (enfin), elle se lève… tout ce qu’elle voudrait, c’est jouer et tout ce que je voudrais, c’est accélérer… d’où les priorités différentes :-).

    • Bonjour Emeline, Merci pour votre commentaire. Tout est une question de dosage et d’observation.

      Avec notre plus petit (7 ans), il ne sert à rien de le brusquer dès le lever. Nous sommes plus dans la négociation et la responsabilisation : « ok, tu ne te lèves pas tout de suite : tu auras donc moins de temps pour jouer aux playmobil après le petit-déj. et la toilette… et c’est OK, tu choisis »… 😉

      Avec notre plus grand (11 ans) : c’est l’auto-discipline et il gère toutes les séquences de la matinée : lever, petit-déj., toilette, cartable, départ à l’école… Il fait cela depuis environ 2 ans maintenant…

      Cet article donne des pistes que nous pouvons adapter à notre famille en OBSERVANT ce qui marche vraiment dans celle-ci…

      A bientôt et merci de nous lire. 😉

  1. […] du blog Les-parents-positifs.com, ont expérimenté et ont trouvé des solutions !  Vous êtes pressé(e) le matin : et si vous ralentissiez pour arriver à tout faire et mettre plus d…Mais Comment ?! Planifier, observer nos propres déclencheurs de stress, ralentir, […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *