Comment aider votre enfant à gérer la pression scolaire grâce à l’écoute active ?

gerer la pression par l'ecoute active (les parents positifs)

C’est en discutant, cette semaine, avec Anne Saci, coach scolaire (du blog jereussis-jemepanouis.com) que j’ai réalisé combien les enfants d’aujourd’hui ont souvent une énorme pression sur les épaules.

En effet, plus que jamais, ils sont censés obtenir de bonnes notes à l’école et de bons résultats dans les sports de compétition afin de bien s’intégrer, d’être populaire à l’école et dans leur groupe d’amis, de bien se préparer pour leur future vie professionnelle.

Alors si leurs aptitudes personnelles et leurs compétences ne les aident pas à exceller dans ces domaines spécifiques, ils peuvent devenir très vite découragés et se mettre en situation d’échec.

Les parents ont là une belle opportunité d’encourager leurs enfants, en les aidant à trouver des tâches qui correspondent à leurs capacités. Par exemple, en leur proposant de choisir  parmi un éventail d’activités qu’ils prendront plaisir à faire et à mener à bien.

Le but est bien sûr d’envoyer aux enfants un signal fort : “je suis bon à faire des choses et je peux réussir. »

Surtout si votre enfant est dans une école où l’accent est mis sur l’obtention de bonnes notes (par opposition à la satisfaction de l’apprentissage pour le plaisir de l’apprentissage), il est vraiment préférable d’être plutôt décontracté à ce sujet.

Alors qu’il peut être utile d’encourager les enfants à réussir (dans des domaines divers et variés), il est important d’éviter de mettre la pression sur eux. Si un enfant réussit plutôt bien, vous pouvez simplement lui dire que vous êtes très heureux s’il apprend des choses intéressantes à l’école et que vous espérez simplement qu’il apprécie cela (ni plus ni moins).

N’hésitez surtout pas à poser des questions à votre enfant si quelque chose ne va pas

pression scolaire (les parents positifs)

Si votre enfant n’a pas l’air d’aller bien, il est temps de découvrir quel et le problème en laissant l’enfant exprimer ses sentiments et ses angoisses au sujet de la situation.

S’il a un problème, par exemple avec la lecture, il serait utile de lui demander ce qui est difficile pour lui dans la lecture.

En discutant, il peut en ressortir que le problème se situe dans la relation avec l’enseignant, la façon dont la lecture est enseignée, ou encore au niveau du matériel de lecture.

Si votre enfant semble être en difficulté avec un certain sujet, vous pouvez rencontrer l’enseignant et essayer de voir si une aide supplémentaire est nécessaire, ou s’il pourrait choisir un autre sujet plus intéressant pour l’enfant. Par exemple, notre plus grand adore tout ce qui touche aux animaux : devinez quel sujet le motive le plus à lire ?

Les enfants (comme les adultes) réussissent quand ils aiment ce qu’ils font. Rappelez à l’enfant que l’obtention de bonnes notes n’est pas la seule mesure du succès, et aidez-le à choisir des activités ou des passe-temps (à l’école ou en dehors) qu’il aime faire et dans lesquelles il n’y a pas de compétition. Le but est de faire éprouver à l’enfant ce que l’on ressent lorsqu’on réussit quelque chose.

Les enfants ont besoin d’un boù ils peuvent parler de leurs sentiments. Ils ne veulent pas être jugés, qu’on leur fasse la leçon ou qu’on leur donne des conseils. S’ils sont encouragés à parler de ce qui les dérange (par les parents à travers l’écoute active), ils vont progressivement devenir capables de prendre leurs propres décisions afin de résoudre leurs problèmes et surtout, il vont développer leurs propres compétences en résolution de problèmes. Cela renforce la confiance en soi et l’estime de soi.

Quand les enfants nous disent comment ils se sentent, il est important que nous les écoutions attentivement et que nous leur donnions comme feedback qu’ils ont été entendus et compris sans jugement. Ils ont besoin de savoir que nous comprenons leurs sentiments et leurs émotions.

Par exemple, si un enfant pleure parce qu’il a été battu à l’école, les parents devraient d’abord se concentrer sur ce que l’enfant dit et sur ce qu’il ressent, plutôt que de le questionner sur qui l’a frappé ou sur l’endroit où c’est arrivé ? Au fur et à mesure que l’enfant se confiera, les parents pourront l’aider à identifier les sentiments plus profonds tels que, par exemple, le fait de ne pas se sentir accepté par un groupe ou d’avoir des problèmes à se faire des amis.

Il va sans dire que l’enfant qui a été encouragé à partager ouvertement avec ses parents, se sentira libre de discuter avec eux de ses problèmes au fur et à mesure que ceux-ci se présenteront.

pression scolaire et parents a l_ecoute (les parents positifs)

Par contre, s’il se sent mal, découragé, malheureux, en colère, triste, ou quel que soit son sentiment, il est important de ne surtout pas dire: “Tu ne devrais pas te sentir de cette façon parce que … »

A la place, nous pouvons communiquer à l’enfant que nous entendons et comprenons ses sentiments en lui disant : “J’ai entendu que tu étais bouleversé”, « Je comprends que tu te sentes en colère, déçu…”.

En même temps que ses sentiments de colère disparaitront, l’esprit de l’enfant deviendra plus clair et plus apte à la réflexion sur la façon de résoudre le problème en trouvant des solutions souvent très créatives.

Et vous, trouvez-vous que les enfants ont, en général, trop de pression à l’école ?

 

Recherches utilisées pour trouver cet article : Pression scolaire, écoute active, sentiments de l’enfant.

Recherches utilisées pour trouver cet article :les solutions pour la pression scolaire, pression scolaire outils parents

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *