Apprendre grâce à la nature

Je reçois de plus en plus de parents à mon cabinet du centre paramédical du Bien-Être Genevois (74) désemparés du fait que leurs enfants ne réussissent pas à l’école selon une grille prédéfinie d’apprentissages en tous genres.

Nous avons ainsi créé un centre de formation agréé pour diffuser en présentiel la première formation à la réussite et à l’épanouissement à l’école et dans la famille disponible en cliquant ICI. 😉

Dans ce sens, l’école gagnerait certainement à (re)découvrir la puissance et les bienfaits de l’apprentissage dans la nature (à travers les classes vertes, jardins potagers, promenades et campings en forêt ou en montagne…). 

Merci donc à Rémy et Coline du blog Petites Chasses au Trésor qui m’ont invité à participer à leur carnaval d’articles sur le thème « La nature et les apprentissages » (leur article sur ce même thème est ici). Une occasion pour moi de  vous parler de l’apprentissage grâce à la nature.

S’il est vrai que nos enfants (l’un au primaire et l’autre au collège) sont très connectés avec tous les écrans que nous avons à la maison (tablettes, ordinateurs, postes de télévision…) du fait d’un papa un peu « geek » et surtout web entrepreneur, nous sommes aussi très axés sur la nature. Cela se reflète dans le choix d’avoir posé nos valises en Haute-Savoie. Nos années passées au Canada, nous ont certainement donné envie d’être plus en relation avec la nature.

Ces 3 dernières années, entre les pique-niques au bord des dizaines de lacs à proximité, les balades en montagne et la visite de pays présentant des parcs nationaux magnifiques (Croatie, Espagne, Portugal, USA, Canada, Italie, Allemagne…) en été et le ski de piste et de fond en hiver : tout a été prétexte à apprendre et renforcer positivement nos connaissances et celles de nos enfants !

L’intelligence naturaliste

Les intelligences multiples sont l’un des thèmes centraux de notre formation à la réussite et à l’épanouissement scolaires. Si comme notre aîné, votre enfant (ou vous-même) présente une intelligence naturaliste (l’une des 8 intelligences « multiples » d’Howard Gardner) alors le contact avec la nature peut-être un bon moyen de booster sa confiance en soi, sa capacité d’adaptation et ses résultats à l’école.

A ce sujet, voici un test rapide du professeur américain Walter McKenzie (publié en 1999) pour identifier les élèves avec une intelligence naturaliste :

  • J’aime classer les objets par leurs traits communs.
  • Les problèmes écologiques sont importants pour moi.
  • La classification m’aide à mieux comprendre la nouvelle information.
  • J’aime le jardinage.
  • Je pense que la préservation des parcs nationaux et des réserves naturelles est importante.
  • Il est utile de classer les objets par leur ordre d’importance.
  • Les animaux ont un rôle important dans ma vie.
  • Chez moi, on fait du recyclage et on réutilise les choses.
  • J’aime apprendre la biologie, la botanique et la zoologie.
  • Je saisis bien de fines nuances de sens.

Si vous avez répondu majoritairement « OUI » (pour votre enfant ou vous-même) aux questions précédentes : alors vous avez clairement une intelligence naturaliste.

Ensuite, voici un tableau présentant quelques activités qu’un enfant avec une intelligence à dominante naturaliste peut tester pour bien mémoriser ses leçons, réussir et d’épanouir à l’école :

Intelligence naturaliste et activités

Tableau activités intelligence naturaliste Les Parents Positifs

Petite précision : nous avons souvent plus qu’une intelligence dominante (souvent 2 ou 3). Il a été démontré qu’en encourageant le développement d’une de nos intelligences dominantes, cela avait des répercussions positives sur les autres. 😉

Vous trouverez plus d’information à ce sujet dans notre formation à la réussite et à l’épanouissement scolaires ici :

Une pédagogie innovante qui permet à votre enfant de devenir acteur de sa réussite scolaire (et de s’y épanouir)

Pédagogies alternatives

La plupart des pédagogies alternatives (cf notre article ici) telles que Montessori, Steiner, Freinet… mettent en avant le contact avec la nature afin de permettre un développement optimal de ses dons et de ses capacités d’apprentissage.

 

Les apprentissages dans la nature façon Montessori

 

Peter Petersen, créateur du plan d’Iéna, système pédagogique pragmatique et innovant, base son approche éducative sur 12 points et insiste sur la relation de l’enfant avec le monde et la nature. Ainsi :

  • Les enfants apprennent que ce qu’ils font est important surtout si leur apprentissage se base sur la vie réelle et leur environnement
  • Les enfants apprennent à prendre soin de l’environnement et de ce qui les entoure
  • Les enfants apprennent en travaillant, en jouant, en communicant et en célébrant selon un plan quotidien si possible en extérieur
  • Les enfants apprennent à prendre des initiatives en partant de leurs propres intérêts et leurs propres questions sur leur environnement

Besoins de nature pour être bien et apprendre

Le besoin d’être en contact avec la nature est un besoin fondamental pour se sentir bien dans son corps, son cœur et sa tête. Cela même est la base de tous les apprentissages (dixit d’Audrey Akoun et Isabelle Pailleau dans leur livre « Apprendre autrement avec la pédagogie positive »).

Ainsi, Louis Espinassous (célèbre éducateur biologiste) ne considère plus seulement la nature comme un lieu d’éducation privilégié, précieux et irremplaçable, il va plus loin : c’est un besoin vital pour tous !

Il base sa réflexion sur les recherches de Richard Louv qui a mis à jour « le syndrome du manque de nature/ trouble de déficience en nature ». Nous sommes souvent enfermés à l’intérieur, assis sur une chaise et sur-stimulés par les nombreux écrans… tout cela a des impacts négatifs sur le bien-être des enfants comme sur celui des adultes. Notre environnement est devenu « tellement humain qu’il en devient inhumain et peu naturel ».

Différentes recherches scientifiques démontre que le manque de lien avec la nature (et la multiplication des sources de stimulation telles que les écrans…) serait source de différents troubles : difficulté de concentration et d’attention, difficultés d’apprentissage et de mémorisation, hyperactivité, impulsions et comportements agressifs, obésité, dépression…

Le déficit de contact avec la nature n’explique pas à lui seul tous ces problèmes mais il y contribue. A l’inverse, le contact de la nature joue un rôle thérapeutique non négligeable dans bien des situations, pour les adultes comme pour les enfants.

La nature calme, apaise, stimule agréablement, sans nous sur-stimuler. Il suffit simplement de faire l’expérience d’un pique-nique estival au bord d’un lac ou d’une forêt pour le constater.

 

L’apprentissage dans la nature pour soigner les troubles de l’attention

 

Nous sommes vraiment reconnaissants et remplis de gratitude de pouvoir habiter une maison proche de tout (en zone rurbaine) et au milieu des champs. Le matin, en été, nous prenons le petit-déjeuner en regardant des animaux, « réels » et non pas virtuels, dans un immense champ juste en face de la fenêtre de la cuisine. Selon l’époque de l’année, nous pouvons apercevoir : vaches, chevaux, poules, cerfs (de temps en temps), hérissons etc.

Il va sans dire que l’expérience n’a rien à voir avec un documentaire animalier à la télé. Nos enfants ont déjà caressé la plupart de ces animaux, observé leurs réactions et compris que ceux-ci avaient un comportement, des émotions propres à leur espèce… 😉 Ils ont appris à aimer leur compagnie et à les respecter.

Les enfants jouent aussi régulièrement dehors dans le jardin ou dans les champs. Ils construisent des cabanes dans une forêt proche, jouent au foot ou au basket dans un stade juste à côté d’une de leurs cabanes « forestière »… C’est essentiel pour leur santé physique et mentale et pour la nôtre. Cela permet d’évacuer le stress de l’école, des devoirs, de la dictature des notes, du fait de ne pas être l’élève populaire (et oui cela est stressant apparemment pour les collégiens), de libérer leur énergie. Leur attention n’est alors plus concentrée, ni crispée mais plutôt diffuse, ce qui apaise et ressource.

J’ai remarqué aussi que pour certains de mes patients souffrant de différents maux : la guérison passait d’abord par le corps, le ressenti et le mouvement de celui-ci (en extérieur si possible) : on appelle cela la médiation corporelle…

Apprendre avec tout son être (tête, corps et cœur)

Si le besoin de nature est peu connu (et reconnu), le besoin de mouvement de l’enfant, lui, est reconnu et considéré comme indispensable.

De plus, le corps et les 5 sens sont des instruments de découverte et de compréhension du monde pour notre cerveau.

On comprend et on apprend avec notre corps en mouvement (nos gestes, nos déplacements, nos sens).

Lorsqu’on a commencé à étudier le cerveau à travers la neuroscience, on est parti de l’hypothèse que le corps et l’esprit étaient séparés (la religion a pris l’esprit et la science le corps), et qu’à l’intérieur même du cerveau, chaque aire, ayant une fonction spécifique, était indépendante des autres.

Aujourd’hui, la science nous apprend qu’il n’en est rien : le corps et le cerveau interagissent, et au sein du cerveau, de nombreuses connexions et circuits se créent entre chaque aire.

 

Apprentissage dans la nature et stimulation de la neuroplasticité du cerveau

 

D’ailleurs, en cas de lésion grave du cerveau, celui-ci s’adapte, du mieux qu’il le peut, à cet handicap : c’est la neuroplasticité. Ainsi, certaines aires du cerveau prennent le relais pour remplacer celles qui ont été lésées.

La plupart des apprentissages dans la nature font partie des apprentissages actifs et seront mémorisés sur le long terme comme le montre la pyramide ci-dessous :

 

 

Le cône d’apprentissage d’Edgar Dale

Pourquoi faire classe dans la nature ?

Ainsi apprendre au milieu de la nature, c’est faire des liens et des connexions en mixant les apprentissages à travers :

  • le corps et les 5 sens : visuel, auditif, olfactif, kinesthésique et gustatif
  • le cœur et toute la palette des émotions (joie, gratitude, tristesse, peur…)
  • la tête avec le cerveau et l’esprit (le cerveau en action)

 

Faire la classe dans la nature

 

Le développement physique et le développement cognitif sont liés. C’est pourquoi, obliger un enfant à rester assis et immobile, hors méditation, risque de limiter son développement physique, certes, mais également cognitif. C’est aussi imposer au cerveau de fonctionner et agir seul, ce qui est source de tension, de fatigue et parfois de stress.

De plus, l’omniprésence des écrans empêche les enfants d’appréhender le monde avec leur corps et leurs sens. Le cerveau ne faisant pas la différence entre le réel et l’imaginaire : ils peuvent considérer que le monde autour d’eux est aussi virtuel que ce qu’il voit sur un écran.

Il m’est arrivé à plusieurs reprises qu’un enfant ou un adolescent (voire un adulte) me « rentre dedans » en marchant et continue sa course sans s’excuser : un peu comme si j’étais « virtuel »… Est-ce la faute au manque d’enracinement dans le réel, à la perte de contact avec la nature, aux écrans… ?

Les écrans, les mondes virtuels et nos enfants : attention DANGER !

 

Ainsi un bon moyen de rééquilibrer l’école et de mettre plus de réel dans la vie de nos enfants pourrait être l’apprentissage en extérieur et dans la nature. Cela permettrait de répondre à de réels besoins :

  • de mouvement
  • de nature
  • d’apprendre avec son corps et ses sens

Ce serait un moyen privilégié de permettre aux enfants de s’exprimer, vivre, grandir en même temps dans leur corps, leurs sens, leur intelligence cognitive et émotionnelle.

Apprentissage de l’autonomie

Laisser jouer les enfants librement dans la nature, c’est aussi leur permettre de faire l’expérience de l’autonomie. Ils peuvent :

  • se confronter au réel et à sa complexité.
  • découvrir leur liberté, dans un cadre de contraintes objectives : celles de la nature.
  • se libérer des contraintes physiques et intellectuelles, hors de consignes et d’un groupe dense.

Dans l’espace naturel, au contraire d’une cour de récréation, les enfants ne sont pas les uns sur les autres. L’enfant peut choisir d’être ou de faire seul, à côté ou avec d’autres. Il gagne en autonomie, en confiance et peut s’adapter aux défis rencontrés.

Ainsi, quand nos enfants construisent une cabane dans les bois : ils doivent gérer l’approvisionnement en ressources (branches d’arbres, feuilles, mousse pour le toit, ficelle…), la complexité du lieu choisi (pente, arbres alentour…) et le niveau de confort de la cabane (toit étanche ou pas…).

 

Apprentissage dans la nature : de la curiosité à la créativité

Apprentissage dans la nature : curiosité et créativité

 

D’après Crystèle Ferjou (enseignante en maternelle), le fait de réserver une matinée par semaine en pleine nature encourage de nombreux apprentissages tels que :

  • la curiosité
  • la motricité fine et globale
  • le langage
  • la découverte du monde de la matière, du vivant (avec des thèmes forts comme la mort), le temps qui passe, les saisons et ses transformations
  • le devenir élève et le vivre ensemble : s’entraider, persévérer, développer le sens de l’effort, se socialiser
  • la créativité et l’imagination : inventer des jeux, fabriquer des objets, mener des projets et surmonter les obstacles rencontrés en trouvant des solutions

Prendre soin de l’environnement

 

Selon Louis Espinassous, nous sommes passés d’une éducation à la nature à celle d’une éducation à l’environnement et au développement durable.

La nature est devenue une sorte de réservoir de ressources, à gérer scientifiquement, loin du rapport à la nature direct et constructif de l’enfance.

Pourtant, en vivant des expériences riches et intenses dans la nature, en fabriquant de beaux souvenirs d’enfance, il y a fort à parier que les enfants, devenus adultes, auront envie de préserver l’environnement.

Et vous, profitez-vous à fond de vos balades dans la nature avec vos enfants pour observer et apprendre en famille ?

Maintenant, découvrez le centre de ressources de notre centre de formation agréé pour encourager la réussite et à l’épanouissement à l’école et dans la famille disponible en cliquant ICI. 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.